mardi 14 février 2017

Brioche

Pour une grosse brioche ; prévoir 3h sans la cuisson, pour les temps de pousse.

brioche_blog.jpg

Ingrédients :

  • 120 ml de lait tiède (pas chaud)
  • 100 gr de farine
  • 15 gr de sucre
  • 1 sachet de levure de boulanger

Puis :

  • 180 de farine
  • 35 gr de sucre
  • 1 càc rase de sel
  • une càs de crème fraîche
  • 1 oeuf
  • 60 gr de beurre

Et aussi :

  • 1càs de lait
  • 1càc de sucre en poudre
  • du gros sucre à chouquettes

Pour commencer :

Dans un saladier, délayer la levure dans le lait chaud + le sucre + la farine et laisser reposer 30 min sous un torchon.

Puis :

Ajouter la seconde partie des ingrédients : la farine, le sucre, le sel, la crème et l'oeuf. Bien mélanger et pétrir. Une fois la pâte homogène, ajouter le beurre en morceaux.
Pétrir jusqu'à l'obtention d'une pâte homogène. Elle reste un peu collante. Si elle l'est trop, rajouter un peu de farine.
Façonner une boule et la laisser pousser pendant environ 1h30 .

Une fois la première pousse passé, façonner la brioche à votre convenance : tressée, en boules... et mettre la pâte dans un moule à cake recouvert de papier sulfurisé.
Mettre un torchon et la laisser pousser encore 1h.

Enfin :

Préchauffer le four sur 170°. Avant d'enfourner, badigeonner la brioche du mélange lait + sucre en poudre et ajouter du gros sucre à chouquettes.

Enfourner pour 30 à 35 min.

recettebrioche_blog.jpg

Bon appétit !!

Partager sur

Le banana bread

Ingrédients :

  • 250 g de farine (150 gr + 100 gr)
  • 2 œufs
  • 130 g de sucre
  • 2 cuillères à café de levure chimique
  • 1 cuillère à café rase de bicarbonate de soude
  • une bonne pincée de sel
  • 3 bananes bien mûres
  • 85 g de beurre 1/2 sel
  • 2 cuillères à soupe de lait

Préchauffer le four sur 16o°
Dans un saladier, mélanger 15ogr de farine, avec le sucre, la levure, le bicarbonate et le sel.
Écraser les bananes à la fourchette et les ajouter à l'appareil, bien mélanger. Ajouter le beurre et le lait et bien mélanger.
Ajouter enfin les 1oo gr de farine restants et les œufs et mélanger.

Chemiser un moule à cake et y mettre la pâte. Enfourner pour 55 minutes.

bananabread_blog.jpg

Bon appétit !

Partager sur

mercredi 8 février 2017

Seuls

seulsaffiche_blog.jpg Source Allociné

Synopsis :

Leïla, 16 ans, se réveille en retard comme tous les matins. Sauf qu'aujourd'hui, il n'y a personne pour la presser. Où sont ses parents? Elle prend son vélo et traverse son quartier, vide. Tout le monde a disparu. Se pensant l'unique survivante d'une catastrophe inexpliquée, elle finit par croiser quatre autres jeunes: Dodji, Yvan, Camille et Terry. Ensemble, ils vont tenter de comprendre ce qui est arrivé, apprendre à survivre dans leur monde devenu hostile… Mais sont-ils vraiment seuls ?

Mon avis :

Avant hier, je regardais les stories sur Instagram ( c'est ma nouvelle activité chronophage favorite !) et mon fils regardait aussi par dessus mon épaule, quand j'ai entendu "Mais maman !! C'est le film de ma BD !!" (merci @instacartel !) Effectivement, j'avais vu la BA plusieurs fois au cinéma, mais j'avais la sensation que c'était un film pour les petits/jeunes.

Et qui dit vacances pluvieuses, dit cinéma, donc nous y avons été cette après midi, et sans l'avoir calculé, c'était le jour de la sortie !

Et bien j'ai été agréablement surprise ! Non seulement j'ai été happée par l'histoire, j'ai eu peur (et ma fille a dû me serrer la main !) mais en plus, quand ça c'est fini, j'ai regardé Ewann en lui disant "mais ça ne peut pas se finir comme ça ?!!" Ce à quoi il m'a répondu "je t'invite à lire le tome 2 et 3 !" (quel humour ces jeunes...)
Donc vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé ! Et je ne m'y attendais pas ! Et évidemment, mes "grands" ont adoré ! Les acteurs sont vraiment dedans, l'intrigue est bien ficelée, et même si je trouve l'histoire très glauque pour des enfants, ben tout est là pour que je ne puisse que vous encouragez à aller le voir !
Et vivement le second opus !

Partager sur

mardi 31 janvier 2017

Les dates anniversaires

evinrude_blog.jpg

Aujourd'hui, il y a 7 ans, commençait une hospitalisation de 7 jours, pendant lesquels j'ai failli perdre ma dernière. Ma Bernique, ma Mirgue, ma Minouche. Elle était encore mon Evinrude.

Nous venions de passer des jours difficiles, on avait enchainé les RDV chez le médecins, les urgences, la kiné respi, re les urgences. Jusqu'à ce qu'après un dîner où je me suis "accordé" de la laisser pleurer un peu, je l'ai retrouvée bleue dans sa nacelle... Je crois que je m'en voudrais toute ma vie. Même si c'est humain, même si au fond je n'y suis pour rien.

Je me souviens du médecin me disant que je ferais mieux de venir par mes propres moyens, que ça serait plus rapide (à 3h du matin) qu'ils m'attendaient. Qu'ils l'attendaient. Et le brancard était là. Pendant tout ce trajet, je lui demandais de tenir bon, que nous allions vite arriver, que ça irait mieux, qu'elle allait pouvoir respirer. J'ai roulé vite, mais bien, en pleurant, en lui demandant de hurler, mais elle ne pouvait plus...

De la suite, je ne me souviens plus très bien. Je me souviens du soutient des amies. Je me souviens des repas seule, offerts par l’hôpital parce que j'allaitais. Je me souviens de l'adorable kiné que j'avais connu dans un autre contexte, via une passion commune. Je me souviens des 2 nuits où j'ai accepté de rentrer dormir 4h à la maison, de mes seins qui gouttaient tellement les tétées manquaient. Je me souviens de Tata Sophie qui n'a pas hésité à venir nous aider. De tous ces gens que je ne connaissais pas forcément et qui nous soutenaient.

Et je me souviens de cette angoisse. Des médecins pas rassurants. Et de comment j'allais faire si on la perdait...

Et puis elle a décidée d'être plus forte que la bronchio, que la coqueluche, que la surinfection pulmonaire... Et d'épater tout le monde. Je me souviens du médecin me disant "on a vraiment cru qu'on la perdait"...

Bref... Aujourd'hui elle est là et elle pète le feu ! Mais je comprends mieux pourquoi la disparition du petit Louis m'a tant affectée. Je me rends compte à quel point certaines dates sont gravées en nous.

J'en avais aussi parlé ici mais je n'arrive même pas à me relire...

Partager sur

vendredi 27 janvier 2017

La La Land

lalalandaffiche.jpg Source : Allociné

Synopsis :



Au cœur de Los Angeles, une actrice en devenir prénommée Mia sert des cafés entre deux auditions. De son côté, Sebastian, passionné de jazz, joue du piano dans des clubs miteux pour assurer sa subsistance. Tous deux sont bien loin de la vie rêvée à laquelle ils aspirent… Le destin va réunir ces doux rêveurs, mais leur coup de foudre résistera-t-il aux tentations, aux déceptions, et à la vie trépidante d’Hollywood ?



Mon avis :

Comme bien souvent, j'avais à peine lu le synopsis avant la séance. Honnêtement, je ne savais plus trop de quoi ça parlait ! Du coup j'ai été un peu surprise !
Nous sommes donc dans une comédie musicale, mais les chansons sont en VO sous-titrées.
Le charme de Ryan Gosling est toujours aussi efficace et le sourire de Emma Stone, adorable.
Donc j'ai beaucoup aimé l'histoire, surtout qu'elle n'est pas si à l'eau de rose, comme le sont souvent les comédies américaines, par contre, je pense que le point fort de ce film est d'être une comédie musicale, sans ça, l'histoire aurait beaucoup moins de charme.
J'ai été très sensible à l'ambiance un peu old-school, des décors aux costumes, et cette histoire finalement intemporelle. J'ai choisi d'aller le voir dans une salle ICE (meilleure image et meilleur son) et niveau son je n'ai pas regretté !

Partager sur

mardi 17 janvier 2017

Louis

ailesblog.jpg

Hier un petit garçon est décédé dans mon village.
Il s'appelait Louis, il avait 7 mois.
Il est mort chez sa nounou.

Je pense que cette nouvelle m'a bouleversée, en tant que mère, mais aussi en tant qu'assistante maternelle.
J'avais reçu longuement ses parents, et lui, en entretien lorsqu'ils cherchaient une assistante maternelle. Je me souviens avoir râlé de ne pas avoir été prévenue de leur décision de ne pas me choisir, alors que j'avais donné de mon temps pour leur expliquer plein de choses, l'avoir beaucoup regardé, lui.

Cela aurait pu se passer chez moi. Je ne m'en sors pas si mal.

Depuis ce matin, je n'ose imaginer la douleur des parents, la détresse de cette assistante maternelle... Et de tout ce qui va circuler dans ce petit village sur les circonstances...

Je suis triste aujourd'hui, profondément, de cet ordre des choses qui n'est pas. Et je béni le ciel d'avoir mes 3 enfants en bonne santé.

Partager sur

jeudi 12 janvier 2017

The last face

thelastface.jpg Source Allociné

Synopsis :

Au Libéria, pays d’Afrique ravagé par la guerre, le docteur Miguel Leon, médecin humanitaire, et le docteur Wren Petersen, directrice d’une ONG, tombent passionnément amoureux l’un de l’autre. S’ils sont tous les deux engagés corps et âme dans leur mission, ils n’en sont pas moins profondément divisés sur les politiques à adopter pour tenter de régler le conflit qui fait rage. Ils devront surmonter leurs clivages et le chaos qui menace d’emporter le pays tout entier – sous peine de voir leur amour voler en éclats…


Mon avis :
Ce film est interdit au moins de 12 ans et on comprend aisément pourquoi... Un vrai film de guerre, et les gens comme moi qui évitent ce genre d'images peuvent clairement être heurtés.
D'un autre côté, cela décrit, je pense, assez fidèlement ce que peut vivre le Libéria.
J'ai été touchée et choquée par ce film ; la musique, autant classique, que les chants africains ou encore les Red Hot Chili Peppers s'accorde parfaitement avec les différentes scènes, et c'est assez prenant.
Bref... j'ai beaucoup aimé ce film, que je n'aurais pas forcément choisi, je m'attendais à être touchée, mais peut être pas autant. Les jeux des acteurs sont très justes, et leur histoire émouvante.
A voir !

Partager sur

mercredi 4 janvier 2017

Les petites billes

bolsblog-1.jpg

A Noël, j'ai reçu de ma cousine ces deux petits bols/caches-pots trop mignons... je les adore !
Je n'ai pas su immédiatement ce que j'allais mettre dedans, ni ce que j'allais en faire, mais en passant voir ma petite sœur en rentrant de vacances, j'ai su.

J'avais déjà vu l'idée sur Pinterest, mais elle l'a réalisé avant moi, et j'adore : ces petits bols vont représenter mon objectif santé de l'année.
Non, je ne parle plus de régime, mais de me sentir mieux, de me sentir moi. Maintenant que la chimie ne devrait plus interférer avec les efforts que je fais, j'ai bon espoir.

bolsblog-2.jpg

Dans le petit aux dessins noirs : les petites perles roses, dodues, représentant les kilos que j'aimerais voir s'envoler ; dans celui aux dessins jaunes : il est encore vide, il viendra les accueillir.

J'aime cette idée de visualiser le chemin parcouru. J'aime l'idée de m'encourager en les transvasant et j'ai hâte de partager l'évolution (ou pas !) avec vous !

Partager sur

vendredi 9 décembre 2016

Demain tout commence

demaintoutcommence_blog.jpg
Source Allociné

Synopsis

Samuel vit sa vie sans attaches ni responsabilités, au bord de la mer sous le soleil du sud de la France, près des gens qu’il aime et avec qui il travaille sans trop se fatiguer. Jusqu’à ce qu’une de ses anciennes conquêtes lui laisse sur les bras un bébé de quelques mois, Gloria : sa fille ! Incapable de s’occuper d’un bébé et bien décidé à rendre l’enfant à sa mère, Samuel se précipite à Londres pour tenter de la retrouver, sans succès. 8 ans plus tard, alors que Samuel et Gloria ont fait leur vie à Londres et sont devenus inséparables, la mère de Gloria revient dans leur vie pour récupérer sa fille…

Mon avis
J'ai a-do-ré... et le mot est faible. J'ai peur d'en dire trop, et de vous gâcher le film ! Mais je vous le recommande vivement.
Quand j'ai vu le générique, je me suis dit qu'avec les bandes-annonces, j'avais dû voir toutes les meilleures scènes... Ce n'est pas complètement faux, mais c'est aussi tellement plus que ça... Magnifique. Je n'avais pas autant pleuré au cinéma depuis longtemps...

Partager sur

lundi 28 novembre 2016

La fille de Brest

Oui, 3 billets le même jour, il va neiger, mais je sors du ciné, et j'avais vraiment envie d'en parler à chaud.

lafilledebrest_blog.jpg
Source Allociné

Synopsis

Dans son hôpital de Brest, une pneumologue découvre un lien direct entre des morts suspectes et la prise d'un médicament commercialisé depuis 30 ans, le Mediator. De l’isolement des débuts à l’explosion médiatique de l’affaire, l’histoire inspirée de la vie d’Irène Frachon est une bataille de David contre Goliath pour voir enfin triompher la vérité.

Mon avis

Je ne saurais pas comment l'expliquer, mais ce film m'a bouleversé. Ceux qui me connaissent savent que les infos et moi, ça fait au moins 5, et que je suis souvent la pauvre cruche au courant de rien. C'est volontaire, je veux choisir ce que je sais. Bref, tout ça pour dire que le scandale du Médiator, je ne connaissais pas. Mais j'avais vu la BA donc je savais de quoi le film parlait, et j'avais vraiment eu envie d'en savoir plus.

Je n'ai pas été déçue. On voit tout, on sait tout, on suit l'aventure, si on peut appeler ça comme ça. La bataille serait plus approprié.
J'ai été tellement touché par Irène, on ne peut plus parler de personnage ici, puisqu'elle existe réellement et que c'est son histoire qu'elle nous livre. Tellement proche de ses patients, tellement investie. Elle n'a jamais lâché, même quand juste son mari était là pour lui tenir la main. Magnifique.

Je pense que j'ai été doublement touché, premièrement de par l'information, parce que j'étais vierge de tout préjugés (ou presque... les labos...) et deuxièmement, parce que je me suis sentie proche des patients. Je ne suis pas diabétique, mais j'aurais bien été (ou bien le suis-je encore...) capable de prendre un médicament anorexigène.
Je ne peux que le conseiller, ce film est vraiment excellent. Par contre, âmes sensibles s'abstenir, on est dans un hôpital et on voit vraiment tout...

Partager sur

La fille du train

lafilledutrain_blog.jpg Source Allociné

Synopsis

Rachel prend tous les jours le même train et passe tous les jours devant la même maison. Dévastée par son divorce, elle fantasme sur le couple qui y vit et leur imagine une vie parfaite… jusqu’au jour où elle est le témoin d’un événement extrêmement choquant et se retrouve malgré elle étroitement mêlée à un angoissant mystère.

Mon avis

Je suis enfin allée le voir, 20 ans après tout le monde, mais c'est fait !
Je n'avais pas lu le livre dont le film est tiré, donc je ne pourrais pas comparer. Au début du film, je me suis demandé si j'allais réussir à suivre... J'ai beaucoup de mal avec les changements d'époques, de personnages ; mais finalement, la mise en scène est logique et je n'ai pas eu plus de mal que ça.
Emily Blunt est bluffante, de justesse, dans son interprétation, j'ai vraiment beaucoup aimé la regarder dans La fille du train. Ce n'est pourtant pas un style de film que j'aime aller voir au cinéma, en général, soit j'y vais pour pleurer, soit pour rire ! Mais il m'avait été chaudement recommandé et je n'ai pas regretté !

Partager sur

dimanche 27 novembre 2016

L'histoire de l'amour

L'un des avantage du chômage (oui, maintenant je tâche de voir le verre à moité plein !) c'est que je peux essayer d'assouvir mes envies de films !

Et j'avais envie de vous parler de l'histoire de l'amour, qui est un film magnifique que j'ai vu récemment.

lhistoiredelamour_blog.jpg
Source AlloCiné

Synopsis

Il était une fois un garçon, Léo, qui aimait une fille, Alma. Il lui a promis de la faire rire toute sa vie. La Guerre les a séparés - Alma a fui à New York - mais Léo a survécu à tout pour la retrouver et tenir sa promesse. De nos jours, à Brooklyn, vit une adolescente pleine de passion, d’imagination et de fougue, elle s’appelle aussi Alma. De l’autre côté du pont, à Chinatown, Léo, devenu un vieux monsieur espiègle et drôle, vit avec le souvenir de « la femme la plus aimée au monde », le grand amour de sa vie. Rien ne semble lier Léo à la jeune Alma. Et pourtant… De la Pologne des années 30 à Central Park aujourd’hui, un voyage à travers le temps et les continents unira leurs destins.

Mon avis

J'ai peu de mots pour décrire ce que j'ai ressenti en voyant ce film. J'ai vraiment été très touchée. L'histoire de l'amour, on ne s'y attend pas, on le vit en le regardant, mais surtout, c'est tout sauf une jolie histoire d'amour cousue de fil d'or... Et pourtant.
Je ne peux que vous encourager à aller le voir, si vous trouvez encore une salle qui le passe ! Les jeux sont justes, et les émotions passent très bien. En plus, Gemma Arterton est vraiment très belle, ce qui ne gâche rien !

Partager sur

mardi 22 novembre 2016

Je fais du vide

tri-blog.jpg

Je fais DU vide. Pas LE vide... je n'y arrive pas encore.

C'était le mot Totem de mon année, ça l'est encore. Ça avait commencé un peu avant, mais ça s'est imposé à moi en début d'année.

Le vide a donc commencé malgré moi en amitié. (Je voulais mettre "tri" mais j'ai écrit "vide" lapsus révélateur de la façon dont la situation raisonne en moi) Les gens qui disparaissent en un claquement de doigts, avec des excuses plus ou moins bidons. On est d'accord que parfois, ça ne rime à rien non ?! Bref... Ça plus les amitiés qui changent, sans que tu ne saches vraiment pourquoi. Je ne sais pas ce qui est le pire.

Le tri affectif qui se fait avec le temps en quelque sorte, que l'on subi, les silences qui font mal. Puis, les épreuves qui font ressortir la vraie nature des gens. Même ceux qui sont censé être proches et qui un jour ôtent leurs masques lorsqu'il s'agit d'endosser ses responsabilités. Il ne vaut mieux pas rentrer dans les détails sordides.

Depuis que je suis au chômage, c'est du tri matériel dont je m'occupe. J'ai commencé par toutes ces petites choses que je garde "au cas où", ces petits souvenirs que j'accumule. J'ai remarqué que ça ne m'a rien fait de m'en séparer. Et qu'en plus, ça ne me manque pas. Alors je me suis attaquée à mon armoire de fringues... Les "quand je perdrais du poids", pour Emmaüs ; "celui là je l'ai depuis au moins 10 ans !" pour Emmaüs (les fringues d'avant grossesse, on en parle ?!) ; celles dans lesquelles on ne ressemble à rien, pour Emmaüs... etc. Vous imaginez le truc.
Le résultat, vous l'avez en photo : 4o kgs de fringues pour faire plaisir à d'autres ! Ben le résultat, c'est que je suis super fière de moi ! Et que ça ne me manque pas non plus... J'avais fait pareil avec les bouquins (pour une bibliothèque de village, ravie !) il y a 2 semaines. Ma maison s'allège... Je m'allège.

Le tri n'est pas fini, le vide non plus. Ce qui a changé, c'est que je n'essaie plus désespérément de le remplir.

Peut être qu'un jour, j'arriverai à faire LE vide, faire taire ces petites voix, ces pensées parasites.

Partager sur

jeudi 10 novembre 2016

Niouze letter

Un petit coucou à tous !

Le blog reprenant un petit peu d'activité, j'ai demandé à ma gentille sœur de bien vouloir se pencher sur un relooking et surtout la réactivation de la niouze letter !

Donc je vous invite à faire un tour si me lire à nouveau vous tente toujours !

A très vite !

Bouboulette*

Partager sur

La solitude

lulublog-1.jpg
Je vous présente ma Lulu-Berlue !! ♥

Pour une fois, j'écris un jour où ça va bien, où ma tête est en accord avec mon cœur et mon sourire.

La solitude a longtemps été mon démon, mon pire cauchemar. Après m'être prouvée quelques mois à 19 ans, que je pouvais vivre seule, que j'étais capable de m'assumer, je n'ai plus eu l'occasion d'être seule.
Donc j'ai toujours été entourée, plus ou moins, avec un noyau fixe. Je ne suis donc pas à plaindre, j'ai été exaucée dans un sens.

Paradoxalement, lorsque l'on est en dépression (je n'aime pas dire "tomber"... je préfère tomber amoureuse que tomber en dépression...) on se sent seul. Inexorablement seul, persuadé que c'est réciproque. Entendez : envers le noyau fixe. On a beau faire le compte et avoir des démonstrations de présence, d'affection, d'amitié, d'amour... On EST seul. Seul face à la dépression.

Aujourd'hui, et ce depuis quelques temps, j'ai décidé de tirer le profit de cette situation. J'ai décidé d'oser être seule. De faire les choses que je n'envisageais pas seule avant. Donc maintenant, je vais me balader seule ; je vais au cinéma seule ; je suis même allée à un concert seule ! Et vous savez quoi ? J'y prends du PLAISIR !

Au début, j'ai souffert du manque de partage, de ne pouvoir échanger sur le moment vécu. Et petit à petit, je l'ai considéré comme un trésor, un secret, un genre de jardin secret, pour moi. Et j'ai l'impression que ces bulles de solitude que je m'octroie sont salvatrices, tout comme aller faire du vélo seule. Que je me reconstruis autour. J'aime l'idée de montrer à mes enfants qu'on peut être seul et heureux.

Et aujourd'hui, je suis bien. Heureuse d'y être parvenue.

(Même si le chemin est encore long, même si je sais que demain, je serai peut être incapable à nouveau de voir ma vie sous cet angle)

Partager sur

lundi 17 octobre 2016

What about bruxisme ?!

Frauenlachen mit Lichtreflex auf Zahn

Vous connaissez, vous, ce terme "bruxisme" ?!

Je l'ai découvert il y a peu.... Je vous laisse aller voir ce que notre ami Wiki en dit. Moi je l'ai découvert parce que j'ai l'honneur et l'immense chance de travailler pour une dentiste *ironie*... Et que, il y a 3 semaines, je me suis réveillée en pleine nuit en panique, ne sachant pas pourquoi, hyper inquiète pour mes dents, et que en passant et repassant ma langue dans ma bouche, j'ai fini par comprendre...

J'avais de nouveau fait sauter un bon bout d'émail d'une prémolaire... De nouveau parce que plus jeune, cela m'était déjà arrivé 2 fois, sans que cela m'inquiète plus que ça, les morceaux n'étant vraiment pas gros. Là, c'est différent. Le morceau est gros et en plus, ça m'a permis de me rendre compte que je passe ma journée (et mes nuits...) à serrer les dents, même pas au sens figuré.

Cette constatation m'a fait bizarre. Je ne suis pas particulièrement stressée (de toute façon, avec le traitement que j'ai, ce serait le comble) mais énervée, oui... Et à part réussir enfin à lâcher-prise, je n'ai pas vraiment de solution pour calmer cet état. En attendant, j'ai bientôt RDV chez le dentiste... ce qui va faire du bien à mes pauvres dents jaunes de thé et café, et lui va avoir l'immense joie de me faire faire des gouttières !

Je vais bien, tout va bien......

Partager sur

dimanche 16 octobre 2016

Tarte fromage ail et fines herbes-poireaux-jambon

Ingrédients :

¤ 1 pâte feuilletée
¤ 1/2 pot de fromage ail et fines herbes
¤ émincés de jambon (selon le goût, j'ai mis un peu plus de la moitié d'un paquet)
¤ 6oogr de poireaux à la crème
¤ du fromage râpé

Commencer par préparer les poireaux comme indiqué sur le paquet.
Préchauffer le four sur 180°.

Étaler la pâte feuilletée dans le fond d'un plat à tarte et en piquer le fond à la fourchette.
Étaler le fromage ail et fines herbes et ajouter le jambon émincé.

Lorsque les poireaux sont prêts, les mettre sur le fond de tarte. Ajouter du fromage râpé à votre convenance.
Enfourner pour 35 min.

tartepoireaux.jpg

Bon appétit !

Partager sur

vendredi 14 octobre 2016

J'irai dormir dans vos lits

sommeil.jpg

C'est ça la dépression.
La nuit tu n'arrives pas à dormir.. la journée tu es HS. On te donne de quoi t'endormir pour commencer.
Après tu expliques que de toute façon, tu dors tellement mal que t'endormir n'est pas un souci. Ce sont plutôt les multiples réveils dans la nuit qui sont responsables de tes cernes.
Alors on change la prescription. On passe au plus lourd, la dose mini pour commencer.
C'est mieux mais pas top... tu te traînes, tu bailles, aucune énergie.
Alors on augmente la posologie.
Et là, c'est pas mal : tu te rendors direct après les réveils, tu t'endors vite, et même ton heure de sieste quotidienne, tu n'en as plus besoin. Le moral est même au beau fixe.
Tellement bien, que tu décides d'arrêter... Tu n'aimes pas l'idée d'être carrément sous anti-psychotiques "juste" pour dormir. Alors bêtement, tu l'arrêtes, comme ça. Sans sevrage.
Au début ça va. Ça fait presque 7 mois que tu en prends, donc ton corps a des réserves. Et le cercle vicieux sournois se réinstalle... Mais le temps de s'en rendre compte...
C'est presque trop tard quand tu réalises. Tu sens le fond du bout de ton pied. Alors il faut tout reprendre.
Mais avant de retrouver le bien être...

Aujourd'hui, je suis de nouveau à 2 comprimés par soir... j'ai fait ma première bonne nuit cette nuit... tellement bien que je suis un zombie aujourd'hui. Alors j'ai déjà dormi 3/4 d'heures ce matin... et il ne me tarde qu'une chose : retourner me coucher. Je peux dormir n'importe où, dans n'importe quelle condition. Je pourrais dormir dans votre lit sans problème.

C'est ça la dépression : le sommeil. Ce petit cocon qui aide le temps à passer plus vite. Cet endroit où seul ton inconscient s'en donne à cœur joie. Ce refuge.

Partager sur

lundi 19 septembre 2016

La trouille

modernjazz.jpg
Source image

C'est demain...

Le grand saut pour moi, après 3 ans de négociations avec moi-même ; je me lance enfin : mon premier cours de danse modern-jazz !
J'ai hâte, ça c'est évident, mais je suis pétrifiée aussi.

Déjà parce que dire que je suis mal dans mon corps est un euphémisme, ensuite parce que j'intègre un petit groupe d'adultes qui se connaissent depuis un moment, donc ce tournant dans ma vie est réellement un challenge pour moi.
Ça fait plus d'une semaine que j'en ai mal au ventre. Je pense qu'il va falloir que je fasse preuve de toute l'indulgence dont je suis capable, envers moi. J'ai fait plus de 10 ans de danse classique, en commençant par du conservatoire. La discipline je la connais, et la rigueur aussi. J'ai peur que mon corps ai oublié tout ça. Qu'il ne suive plus. De part les kilos en trop, et le temps qui a passé... plus de 20 ans.

Je suis sûre que je vais être aussi heureuse que dégoutée de renouer avec cette discipline que je chérie tant.

On verra demain !

Partager sur

lundi 29 août 2016

Le gâteau magique aux fruits rouges

Une recette vue sur Facebook et qui m'a plût de suite !
Toutes mes confuses d'avance, je n'ai plus de pc et pas accès à tout depuis mon téléphone.... donc pas de photo

Lire la suite...

Partager sur

- page 1 de 120