Peggy dans les phares ~ Marie-Eve Lacasse

peggydanslesphares.jpg Source Google

Présentation de l'ouvrage :

«Depuis que je te connais je vis avec l’inquiétude de te perdre. Pour la drogue, des hommes fantasques, des femmes bouleversantes qui t’emmènent ailleurs, là où je n’ai pas accès. Il y a les rivages poétiques qui ne m’ont jamais enchantée, les bals somptueux où je n’ai pas mes entrées, la rivalité vénéneuse d’un papier imbibé sous la langue et la complicité des piqûres que je n’ai jamais voulu partager. Je suis toujours arrivée à me frayer un chemin jusqu’à toi, conservant comme je le peux une dignité impériale.» Mannequin, styliste, journaliste de mode, mariée à un grand résistant puis à Claude Brasseur, Peggy Roche a aussi été pendant vingt ans la compagne discrète de Françoise Sagan. Peggy dans les phares est le roman de cette passion dévorante traversée des plus grandes figures de la vie littéraire et artistique de l’époque. (4ème de couverture)

Insaisissable Peggy Roche, à qui Marie-Ève Lacasse consacre aujourd'hui ce joli roman-portrait qui tente de l'attraper, d'en pénétrer le coeur et les pensées, Peggy dans les phares. Emettant, pour ce faire, de séduisantes et convaincantes hypothèses. Retraçant tantôt à la troisième personne, tantôt en donnant voix à Peggy, l'odyssée du singulier binôme que formèrent les deux femmes, auscultant leur relation amoureuse symbiotique - « J'analyse le monde avec tes souvenirs et ta manière d'habiter la vie. Je suis traversée par tes pensées obsédantes » - qui n'avait nul besoin du regard des autres pour exister et, au fil des années, dépasser « l'euphorie originelle » de la rencontre et des premiers instants, pour toujours se consolider, en puisant dans la durée une force, une solidité, une réciprocité sans faille. Source :http://www.telerama.fr/livres/peggy...

Mon avis :

Je crois que mon avis va être très paradoxal, comme l'a été cette lecture.
Un 4ème de couverture lu chez maman et le prêt de ce livre dont je n'avais pas entendu parler. Je l'ai commencé pendant ma semaine de vacances mais j'ai très vite senti qu'il ne me fallait pas être fatiguée pour pouvoir comprendre. J'ai trouvé le style compliqué à lire, mais en même temps, j'ai eu du mal à le reposer une fois bien dedans. On se balade dans le temps, entre les personnages et c'est parfois dérangeant, mais jamais grave si on décroche.
Peut être aurait-il fallu lire une bibliographie de Françoise Sagan avant ce livre ? Un livre de Françoise Sagan tout simplement ?
Toujours est-il que cette histoire a éveillée ma curiosité, et moi qui pensais que nous vivions dans une société plus "évoluée" plus ouverte ; je me rends compte, que les questions de sexualités étaient peut être plus cachées avant, mais moins taboues.
En bref, une belle histoire, compliquée mais sincère, que j'ai eu plaisir à découvrir.

Les histoires qui commencent tard sont parfois les plus vives. Il me fallait perdre du temps, m'imaginer que les choses n'étaient pas tellement plus extraordinaires, me dire qu'il fallait me contenter de ce que la vie me donne, me perdre dans ces chemins sauvages pour m'ouvrir au monde qui était le tien, et connaître enfin avec toi le grand vertige d'aimer.

Partager sur

Commentaires

1. Le mardi 25 avril 2017, 10:34 par ChloeCraff

Souvent les livres durs à apprivoiser nous dévoilent des choses fortes, à condition que nous les acceptions... et oui l'intransigeance de notre société cachée sous des paillettes est toujours moche